AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Loft d'Abigael Arbib

Aller en bas 
AuteurMessage
Abigaël Arbib

Abigaël Arbib


Inventaire
Argent : 700 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Glock .19

Loft d'Abigael Arbib Empty
MessageSujet: Loft d'Abigael Arbib   Loft d'Abigael Arbib Icon_minitimeMer 11 Mai - 23:42

Si Abigael était nouvelle ici, à Basin City, elle avait tout de même prit soin de s'installer confortablement dans un loft de grand standing et dans un quartier soit-disant paisible loin des agitations du centre-ville. Son métier de serveuse, même si elle venait de débuter, était exténuant, et elle se devait pour être efficace le lendemain avoir un sommeil reparateur non troublé par les tapages nocturnes, des querelles de voisinages, ou bien par des braillements d'ivrognes effectuant leurs rondes de bars. Ici, elle pensait pouvoir demeurer tranquille.
Le coeur d'Abigael était à l'image de son appartement, vide. La jeune femme ne possedait pas grand chose, quelques meubles par ci par là, une commode, un lit, une cuisine à moitié équipée avec réfrigérateur, lave-linge. Et pour dire vrai, elle s'en contentait amplement. La seule chose qui la contrariait, c'était de se retrouver seule le soir, la période qu'elle redoutait le plus. A ce moment là jaillissaient de douloureux souvenirs, une tristesse dissimulée au mieux, le vide imcomblable qu'à laisser son défunt mari qui l'accompagnait vers une insomnie insurmontable. Sa présence lui manquait, même après une année passée, c'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle ne s'autorisait pas à s'approcher des hommes, comme s'ils allaient violer la mémoire de son mari, elle se reservait encore à lui.
Les fenêtres grandes ouvertes, legèrement vêtue avec comme seul rempart au froid glaciale une fine couverture qu'elle serrait d'une de ses mains délicates, Abigael demeurait immobile face à l'horizon avec un verre de vin rouge grenât dans l'autre main, plongée dans ses pensées dans lesquelles elle n'arrivait pas à émerger. Ses lèvres se cristallisaient au fil des secondes. Un an auparavant, les lèvres d'Eyal auraient réchauffé les siennes, et la couverture qu'elle tenait aurait été remplacé par l'étreinte protecteur et réconfortant de ses bras virils. Chaques soirs, elle se demandait si elle n'allait pas le voir passer sous son balcon et grimper dans sa direction. Et pour des raisons qu'elle ignorait, sachant pertinemment qu'il n'était plus de ce monde, elle réussissait, à chaques apparitions de la lune, à se causer autant de mal qu'aux précedentes visite de cette dernière, avec qui la jeune femme passait ses soirée à discuter, sans vraiment s'attendre à une reponse, juste pour s'entendre dire ses ressentiements.
Ce verre l'escorterait jusqu'aux bras de Morphée qui tardait péniblement à venir. Le souffle de la nuit noire s'entrechoqua avec son corps frêle, elle se mit à frémir à la lueur des reverbères.
L'alcool, accumulé à la fatigue, commençait déjà à faire ses fruits, et par ses dernières forces restantes, elle parvint à se redresser, fermer la fenêtre et regagner son lit, ravie du doux effet que cela produisait. Ce soir comme tous les autres soirs, les mêmes pensées, les mêmes démons et le même rituel. Allongée sur son lit et couverte d'une épaisse couette, elle pouvait se sentir transportée, legère, peu à peu emmenée dans le monde des rêves, avec toujours les mêmes rêves.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Loft d'Abigael Arbib
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le loft londonien de madame strue
» Abigaël Faszler, la folle en cage. [ Terminé ]
» L'Irlande toujours ! Abigael O'Neil
» Abigael Delson~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Uptown - Beaux Quartiers :: Appartements-
Sauter vers: