AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Comptoir

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Callisto Massiliano
Capo
Capo
Callisto Massiliano


Inventaire
Argent : 3100 $
Réputation :
Armes portées : Desert eagle

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeLun 28 Fév - 23:09

Dans ma tête, c'est l'bordel. A longueur de temps, j'rêve de buter des gens. Juste pour que ce sentiment s'empare de moi, et me pompe tout le sang qui circule dans mon putain de froc'. J'rêve de détonation, de boîte cranienne qui se déchire, d'éruption sanguinolente. J'aime aperçevoir cette once d'espoir qui anime le visage d'un gus' que j'braque, et l'voir inerte, en une fraction d'seconde, pataugeant dans une mixture sordide, mélange d'urine et de liquide sanguin. J'aime la façon dont ils se repentissent, suppliant femme et gosse, prêt à user de leur bouche pour me prendre le dard, 'juste pour quelques battements de plus, 'juste pour prolonger leur existence -aussi minable que la mienne-, dans cet enfer. J'aime les écouter, les entendre s'expier, comme une confession à Dieu. Moi, le flingue palpitant dans ma main impatiente, la croix comme pendentif autour du cou, j'me sens comme le putain de tout-puissant qui a nous pondus sur cette terre fertile, sur ce sol dégueulasse. Un temps, j'me dégoute moi-même. Mais juste un temps. N'allez pas croire que j'suis un vulgaire putain de psychopathe, ce genre de mec que l'on croise dans chaque coin de rue de Basin. Nan. J'aime tuer, certes, mais j'ôte pas plus de vie qu'une flicaille peut l'faire dans toute sa carrière. A partir de là, j'me sens plutôt clean'. Les gosses ? J'les tue juste quand c'est nécessaire -Ca ne l'est plus que vous ne le croyez, vous savez-. Les femmes ? J'préfére les défoncer plutôt que de leur coller une bastos entre les yeux, j'ai un respect énorme pour elles, vous savez ...
Quant à vous ... Mr. Lans Gaylor Connely, j'ai l'regret de vous annoncer que j'ne m'souviendrai certainement plus de vous d'ici quelques jours -voir d'ici quelques heures, en fonction de c'que j'vais pouvoir descendre tout à l'heure au zinc'-, et, au vu du contexte actuel, que j'ai bien peur de ne prendre aucun plaisir à vous voir partir, malheureusement.


J'accompagne mon contrat pendant sa longue, et délicate traversé de l'autre côté. Un halo doit déjà lui éclater les rétines. Je serre la cordelette, de plus en plus en fort, et je sens ses putains d'italiennes qui s'agitent dans tout les sens sur le carrelage des chiottes du kadie's. Le foulard couvre le bruit de ses réclamations. Je sens ses muscles se crisper tout un coup. La dernière agonie. Je retire mon gant en cuir, et lui montre, avant que cette balance finisse la tête au plus profond d'la cuvette, les trois petits points qui ornent discrétement ma main droite. Une signature, histoire de parachever ce putain de tableau médiocre.

C'est terminé. Je le cale confortablement près de Jacob. Une bien belle mort. Je monte sur le plastique d'la cuvette, sonde l'extérieur, m'assure qu'un type -bien que ceux qui traînent dans l'coin sont majoritairement trop fracass' pour pigés quoi que ce soit-, ne squatte pas l'endroit, et me casse en escaladant la paroi pour arrivé dans les chiottes voisines.

On l'découvrira d'ici quelques heures, demain au plus tard. Ca m'laisse l'temps d'm'fondre dans la masse, et de rinçer quelques verres.

J'me casse de la fosse, pousse une série de portes battantes pour retourner dans l'arène, m'allume une cibiche et laisse un bon quart venir me détruire les bronches. J'me cale devant le zinc', cherche le barman, lance deux doigts en l'air, puis, d'un air étrangement aimable, ici, lui jette :

- Tequila. Pur.


Dernière édition par Callisto Massiliano le Mar 1 Mar - 12:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Dillinger
Sergent
Sergent
James Dillinger


Inventaire
Argent : 1 550 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeLun 28 Fév - 23:44

Quand je lui dis vouloir la ville, Lane m'assure pas être jalouse, mais je la sens aigrie. Allez, je vais pas être salaud, je lui laisserai une rue, ou quelque chose comme ça. Et puis, sa manière de prononcer ce mot, terroriste, je suis pas fan. C'est pas son ton, rien à voir. C'est pas elle, en fait. C'est le mot. Terroriste. Qu'on ne me prenne pas pour n'importe qui, va falloir justifier mon propos.

- Attend, je parle pas de vulgaire terrorisme. Je parle d'inversion des vapeurs. L'échelon supérieur de la basse criminalité, le sommet. Et, ça aurait pu être ta ville, oui. Mais ça ne l'est pas. Je ne dis pas que ça ne le sera jamais, mais pour ça, il faudrait que tu passes à l'action.

Je tire une latte sur ma clope en me servant un nouveau verre. Le liquide jaunâtre déborderait presque. Fumer en versant, ça déséquilibre assez.

- Des pions, oui et non. Toute action nécessite des pions. Mais cette action nécessitera avant tout des élites. Des criminels de haut niveau dévoués corps et âme à leur propre profit. Des gars comme ça, je le concède, ça devrait pas être difficile à trouver. Mais encore faudrait-il parmi ceux-là embaucher seulement prêt à travailler, non pas vraiment en équipe, mais du moins au sein d'une organisation. Certaines personnes ont du mal avec les instructions.

Et puis, je me rend compte que parler, c'est bien joli, mais que faire c'est mieux. Mais ma bouteille est encore pleine. Alors plutôt que d'agir, ou de parler sans faire, j'arrête de parler de ce que je pourrais faire mais que je ne fais pas. Revenons à un sujet de conversation plus sympa.

Et c'est à ce moment qu'un type se calle de l'autre côté de moi, et il me suffit d'un coup d'oeil pour voir presque par hasard les trois points tatoués au coin de sa main. Un mafieux. J'étais même pas au courant que ces gars là existaient encore. Faut dire, depuis l'arrivée de Cunningham à la tête de la famille, on entend plus vraiment parler d'eux. Peut-être que c'est une stratégie. Fermer sa gueule un temps, laisser les choses se couver pour mieux agir dans l'ombre. Peut-être qu'on va avoir affaire au premier parrain un tant soit peu malin depuis que Basin est Sin City. Va savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Reilly
Détective Privé
Shawn Reilly


Inventaire
Argent : 150 $
Réputation :
Armes portées : Browning GP35

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeMar 1 Mar - 0:34

Un coup de poing sur le bois du zinc. Pas de quoi faire trembler les bouteilles mais suffisant pour me forcer à tourner la tête de côté. Semblerait que la discussion du couple se soit quelque peu échauffée. Mais la tension, pour autant qu'il y en ait eu entre eux, redescend rapidement et les paroles s'échangent à nouveau à voix plus basse. De toute façon, ça m'intéresse pas la moindre. J'suis là pour mes affaires et le reste je m'en branle éperdument.

Syd fait venir le videur et lui pose la question au sujet de Paul Lee. Niet, pas la moindre idée. Ça ne m'étonne pas en même temps. C'est vrai que ma description du gus ne peignait pas le portrait d'un type des plus atypiques qu'on puisse trouver à Basin. Tant pis, j'aurai au moins essayé. Il a peut-être jamais foutu les pieds au Kadie's, en effet, comme le suggère Syd. Faudra que j'investisse ailleurs. Pis voilà que le patron me demande si j'ai pensé à me renseigner du côté du commissariat. J'peux pas m'empêcher de sourire et d'avaler une autre gorgée de ma bière. Manquerait plus que ça, tiens, que je me ramène au commico et leur demande avec un grand sourire si je peux avoir accès à leur base de données.

Le commissariat ? Non, pas une bonne idée. Disons que je suis pas en très bonne entente avec eux, pour ne pas dire qu'ils m'envoient chier si je rapplique.

J'y suis retourné une seule fois depuis que j'ai été viré. C'était pour aller ramasser des affaires dans mon bureau. Le peu qui restait, ce qu'ils avaient pas encore eu le temps de foutre à la poubelle au d'y mettre le feu. Ils doivent sûrement avoir un dossier gros comme une maison sur moi. Faut dire que quand on a été sergent dans une ville comme Basin, on passe pas autant inaperçu que le p'tit bleu qui va sonner chez l'habitant pour cause de tapage nocturne. Heureusement pour moi, c'était y a un p'tit bout de temps et les têtes ont passablement changé en quelques années. La plupart des nouveaux arrivants n'ont jamais entendu parler de moi et je passe inaperçu dans les rues ou les bars quand je m'y promène.

Tiens, ça s'agite de nouveau chez mes voisins de comptoir. Voilà que la jolie brune vient de sortir un shuriken avec lequel elle joue négligemment, le faisant tournoyer sur lui-même. Faudrait pas qu'il lui prenne l'envie de s'en séparer le temps de trancher la jugulaire du premier mec qui lui aura jeté un regard de travers. Y en a plus d'un qui s'est arrêté de causé dans la salle, attendant la suite des évènements comme le jugement dernier. Je refous le pif dans ma bière, et je termine de tirer sur ma clope. Pas de quoi s'inquiéter plus que ça pour l'instant.

Mon voisin, quant à lui, n'a pas l'air des plus loquaces. Je l'emmerde sûrement et il a pas envie d'allonger la discussion que j'ai tentée d'entamer. Ou alors j'interprète mal ces propos. Allez savoir. Je m'adresse de nouveau à Syd.

Si par hasard t'as du nouveau sur ce Paul Lee, fais-moi signe. Mais va pas non plus t'emmerder avec ça, c'est mon problème.

En voilà un autre qui viens prendre place derrière le zinc. On s'ra bientôt complet, reste à peine une ou deux places si j'ai bien compté. Il vient du fond de la salle, celui-là. Du coup, j'ai bien le temps de l'observer et le détailler à mesure qu'il se rapproche. Damned, je rêve ou c'est Massiliano, bras droit du Don en personne ?! Pas d'erreur, c'est bien lui. Devait déjà être à avant qu'on arrive. Je sais pas si il me connaît, j'espère pas, ça m'arrangerait. Du temps où j'avais encore mon étoile de shérif accrochée au blouson, j'étais pas forcément en très bon terme avec la mafia, plus qu'un simple autre flic puisque j'avais descendu quelques uns des leurs au cours de divers raids sur des entrepôts susceptibles d'être l'un de leurs QG. A présent, j'en ai plus grand chose à foutre de la mafia tant qu'elle vient pas frapper à ma porte et si j'peux éviter d'être mêler à une quelconque affaire, ça m'arrange aussi. N'empêche que ça présence au Kadie's m'intrigue un peu. A moins qu'il vienne simplement se prendre un peu d'bon temps comme les trois-quarts de la clientèle habituelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Barrett
Patron du Kadie's Club
Syd Barrett


Inventaire
Argent : 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeMar 1 Mar - 20:36

Jusque là, je ne fais pas réellement attention au couple le plus glamour de la soirée, mais il se trouve que j'ai une sainte horreur qu'on sorte une arme ou pire, qu'on en use, dans mon bar. Je fixe Lane quelque secondes, comme hypnotisé par cette étoile nippone qu'elle fait tournoyer adroitement sur son doigt. Cette femme a quelque chose. Je veux dire, elle a quelque chose de plus ce soir. En temps normal, elle ne sort de la masse de Basin que par ce joli fessier moulé dans un jean, mais en cet instant précis, une arme à la main, c'est comme si son charisme grimpait en flèche pour venir péter les néons du Kadie's. Il y a quelque chose de malsain dans cette dextérité. Bizarrement je ne pense pas "malsain" au sens péjoratif du terme, si tant est qu'il ait une facette positive. Ici bas, les pires insultes et qualificatifs prennent un sens tout à fait différent. C'était comme si le contact froid de l'acier réveillait quelque chose dans ce brin de femme, quelque chose qu'elle aurait anesthésier depuis longtemps à grands coups de dopes et de boissons. Il y a quelque chose de plus dans son regard, dans son sang, mettons à part l'alcool, bien entendu. C'était comme si le contact de Dillinger déclenchait quelque chose de latent. Mais la réponse de Shawn me sort de mes spéculations. A ma réponse, il me baratine quelque chose auquel je ricane. Tout en répondant, je commence à me préparer un petit quelque chose. Je veux bien faire la causette, mais ma gorge est bien soif. Je saisi la bouteille de vodka et empoigne quelques glaces que je casse avec un pic. La glace pilée, j'envoie une bonne dose de liqueur de café, puis une bonne rasade de vodka. Les yeux toujours sur mon verre, je balance :

- Il n'y a qu'une seule raison pour laquelle ces bons vieux officiers représentants de la loi pourraient t'inciter à aller te faire mettre à chaque fois que tu viens..

Je relève la tête et aperçoit in extremis Massiliano. Pas besoin d'expliciter plus ma pensée, on s'est compris. Et pour cause, même si les flics de Basin ne sont pas les plus honnêtes qui soient, ils envoient rarement les gens aller se faire voir chez les grecs, sauf si vous êtes le parrain ou un de ses amis..ou alors un ancien flic reconverti en privé. Je ne sais pas pourquoi les flics n'aiment pas les privés. En réalité, ça n'est pas seulement l'apanage des flics, la plupart des gens détestent ce genre de personnes. L'image du fouille merde en imperméable ne fait sensation que si ce fameux fouille merde est le héros d'une série télé grotesque qui passe sur une chaîne minable alors qu'on s'engraisse les doigts avec le bol de chips taille XXL en gueulant à sa femme "Où est la télécommande ?!" tout en décapsulant une bière avec sa bouche (et dans ce cas, articuler une phrase de manière intelligible est un exploit).
Sur ces considérations, je réponds à Reilly :

- Si j'ai des nouvelles, je t'en parle, mais j'avoue que là..c'est le noir complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Lane
Hors la loi
Hors la loi
Cassandra Lane


Inventaire
Argent : 2450 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Shurikens

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeMar 1 Mar - 22:38

L'étoile métallique, l'acier froid comme de la glace n'en finit plus de tourner sur elle même sous mon doigt, sans que j'y prête plus d'attention que ça d'ailleurs, bien trop occupée à fixer Dillinger déblatérer tout son charabia sur comment il compte prendre cette ville. Je reste neutre, d'expression neutre, du moins j'essaie. Mais je pense que mon air inexpressif exprime tout de même un certain désabusement, sans vouloir abuser... Et puis ses paroles me frustrent assez. Oui, ça aurait pu être ma ville. Mais je la considère comme telle, bizarrement. De toute évidence, je fais effectivement partie du décor aujourd'hui. Rien à avoir avec hier. Rien à voir avec demain.

"Ouais, faudrait que j'me bouge l'cul, comme tu dis." C'est à ce moment précis que le shuriken décide de s'arrêter brusquement de tourner. Il y a quelques temps de ça, le coup serait parti tout seul, prenant pour cible n'importe qui ici présent, signe annonciateur de guerre. Mais pas aujourd'hui. A dire vrai, je sais pas vraiment ce qui me retient de le faire. L'envie de changement surement, l'envie de leur montrer que Cassandra Lane n'est peut-être plus aussi timbrée qu'avant. Mais quand je regarde leur gueule à tous là... Que ce soit Syd ou bien d'autres poivrots qui me connaissent un tant soit peu, j'ai envie de dire que me voir jouer avec cette arme et ne pas me décider à la balancer à la tête du premier venu, leur fiche quand même plus la trouille que si je le faisais. Indécise, nerveuse. Deux adjectifs qui me qualifient plutôt bien, là, tout de suite. Je me recoince une clope au bec, une chose qui changera jamais, j'fume vraiment comme un pompier. J'prends le temps de la savourer celle là.

J'aquiesce d'un simple signe de tête à tous les dires de Dillinger. Ma foi, il a de l'ambition, et je me dis que si je peux être utile dans quoi que ce soit, il peut toujours demander, bien que je ferais surement ma tambouille de mon côté. Chasser plusieurs lièvres à la fois. D'ailleurs en parlant de lièvre. Massiliano, bras droit du boss de la mafia sort de l'ombre et vient montrer sa belle gueule en s'asseyant non loin au comptoir. Je le fixe un moment, avant de porter mon attention sur Reilly qui repartira bredouille de son interrogatoire. Le popov déguste tranquillement son cocktail sans faire plus de vague que ça, finalement, ce sont peut-être les pires les comme lui. Qui vivra verra. Et puis d'un air détaché et limite provocateur, reprenant doucement la danse de l'étoile, je balance :


" Ce soir, le comptoir nous offre un sacré panel de cette foutue ville. Une pourriture de chaque clan, quoique, manquerait plus qu'un flic débarque et ça pourrait être ..." Mais je termine pas ma phrase, certains comprendront, ou pas.

_________________

-- ¤ I wanna hurt you just to hear you screaming my name ¤ --


Comptoir - Page 2 Iconelane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boris Kowalski

Boris Kowalski


Inventaire
Argent : 1 000 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Hachoir

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeJeu 3 Mar - 21:05

Boris passait sa soirée avec sa bouteille, dans le calme serein de l'agitation environnante (paradoxale ?) et buvait coup sur coup. Avant que le tout ne lui remonte à la tête il s'en grilla une seconde. Il n'avait jamais été un grand fumeur, c'était déjà ça ; un truc qu'il ne consommait pas avec excès. Il se dit tout de même qu'il était venu pour bosser à la base et se remit à réfléchir sur la façon dont il le ferait. Il devait déjà trouver l'appartement de son oncle dans lequel se trouvait les coordonnées de sa première cargaison - celle qu'il avait envoyé depuis la Pologne il y avait trois mois, avant même de partir. Il savait où il habitait mais son silence radio était plutôt inquiétant. Il ne pouvait s'empêcher de penser que des gens mal attentionnés en voulaient à cette cargaison. Et si c'était le cas, comment l'auraient-il su ? De son côté, il avait corrompu tout un équipage, et ce n'était pas rien ; pareil à la réception. Mais une fois le transport arrivé à bon port il avait bien fallut emmener tout ça jusqu'à Basin et cette partie c'était son oncle qui s'en était occupé et il n'était pas impossible qu'il ait eu des problèmes. Il devait donc le retrouver ; mais comment ? S'il ne répondait jamais aux coups de fil, il n'était certainement pas à son appartement. Dans ce cas, il était soit à l'hosto, soit dans un marrais, soit dans une cave glauque ou chez les condés. Ça faisait de nombreuses possibilités, ça faisait chier. Il allait sans doute devoir faire beaucoup de bruit pour le retrouver. Mais Boris s'en foutait, il était comme ça ; pas de compromit : si on ne lui posait aucun problème, la relation allait comme dans du beurre, si on en lui causait, elle allait comme dans un champ de mines. Il était soit une bonne compagnie, soit un type qui se pointait, plus ou moins défoncé, et qui jouait au boucher/charcutier avec les gens. Dans le genre, un ouragan qui passe.

L'ébouriffé semblait bredouille, il repartirait la queue entre les jambes (ce qui est plutôt un point positif, le contraire aurait été mauvais signe) avec dans la tête une bière et non des informations. En un sens, il compatissait. Cet endroit avait l'air de montrer que tout le monde galérait et continuait à avancer sans espoir de s'en sortir. Boris n'avait pas besoin d'espoir ; il avait des projets, un empire à construire, des relations à créer, un monde à maîtriser. L'espoir c'était bon pour ceux qui n'avait pas la main mise sur leur destin. Il finit par s'adresser assez ironiquement à son voisin :
C'est drôle on dirait que tout le monde cherche quelqu'un ici.

La minette, définitivement le sang chaud fit une remarque qui pourrait mettre du monde mal à l'aise mais Boris tenta tout de même de voir si elle disait vrai. Il tourna rapidement des yeux vers le panorama qu'elle avait commenté. Là bas un type bien habillé, classe, calme ; surement un politique ou un mafieux. La fille devait être une sorte de gangster ou une voleuse (ouai elle avait une tête de voleuse) - quoique le bandage et le shuriken la faisait tirer plus vers le côté tueur ou chasseur de prime (pourquoi pas). Quant à son voisin, il avait plutôt l'air d'un cadre d'entreprise, il faisait bon chic bon genre malgré une mine dissuasive ; peut être un dealer de haut standing, un arnaqueur ou quelque chose dans le genre si ce n'était un homme de main. Le mec à côté de Boris avait le look du détective privé avec son aire sombre et son long imper, le genre qu'on voit à la télé - en plus il recherchait quelqu'un... nan trop cliché. Et puis bon le barman, il avait - comment dire - des airs de barman, un peu. Elle arrêta soudainement sa remarque en faisant une allusion sur les flics. Il y avait des condés parmi eux ? Si c'était le cas, il faudrait être prudent aussi même si la petite avait l'air un peut ivre à ce comporter de façon tonitruante comme ça, il préférait prendre sa remarque en compte. Mais pour l'instant, pas de souci à se faire ; ce n'est pas comme ça qu'il dévoilerait son activité. La discrétion, très important pour lui et presque un critère chez ses clients : c'est toujours mieux quand on sait qu'on peut flinguer qui on veux avec une arme et que personne ne remontera jusqu'à lui. Boris se resservit.


Dernière édition par Boris Kowalski le Jeu 17 Mar - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Dillinger
Sergent
Sergent
James Dillinger


Inventaire
Argent : 1 550 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeSam 12 Mar - 19:09


HRP : Ellipse : les messages suivants se déroulent au jour suivant.


Dernière édition par James Dillinger le Lun 25 Avr - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaël Arbib

Abigaël Arbib


Inventaire
Argent : 700 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Glock .19

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeDim 17 Avr - 13:26

*Ce soir, et comme chaques soirs, la moitié de la gente masculine de la ville s'étaient donné rendez-vous au plus populaire des club de la ville : le Kadie's. Beaucoup d'habitués, certains sont de passage, ou bien des futurs habitués, mais viennent tous pour une seule chose : se saouler la gueule, matter les serveuses, et en choper dans les toilettes pour les plus chanceux.
Gabi quant à elle, effectuait la fin de sa première semaine dans son nouveau boulot. Bien-entendu, elle avait déjà travaillé dans une boite de nuit dans le centre de Tel-Aviv juste avant son départ pour les Etats-Unis, ce n'était donc pas tout nouveau pour elle et se sentait plutôt à l'aise. Le seul hic, c'était le comportement des clients, elle en avait vu plusieurs la veille soulever les jupes des nouvelles serveuses. Ce qu'elle esperait, et seulement pour les clients en mal d'amour, c'était qu'ils n'oseraient pas faire pareil sur elle. Dans le cas contraire, elle saurait les accueillir.
Certes elle connaissait les hommes et leur caractère de prédateur. Des comme ça, il y en avait pleins à Tel Aviv, cette ville de débauche. Voilà pourquoi Abi n'y était pas resté longtemps.

Il n'a fallu qu'une semaine à Abi pour cerner le caractère puant de cette ville de Basin City. Ici, les hommes, et même les femmes, paraissaient comme des animaux. C'etait du moins de ce qu'elle pensait. Elle était dans une ville, et même dans un pays où les mentalité étaient totalement différents par rapport à Israel. C'était comme un monde parallèle où les gens étaient fou à lier.

Notre jeune israelienne parlait cinq langues : L'hebreu bien entendu, l'arabe, le français, le russe et l'italien. Des qualités qui pourraient l'amener très haut!
Vous me direz "Mais que fait-elle alors dans un bar comme le Kadie's?"
C'était l'emploi du temps qu'il lui convenait, c'etait une femme qui ne pouvait rester en place, et elle aimait particulièrement travailler le soir.

Avant le service, et dans le vestiaire, Abi avait prit soin de troquer ses vetements couverts contre la tenue à porter précisée dans le reglement aux serveuses, c'est-à-dire des vetements très leger, à la limite de la transparence. Abi avait opter plutot pour un corsage qui mettait en valeur sa poitrine généreuse, et une jupe frollant l'absentéisme. C'était sa tenue de travail, et elle se devait de jouer son personnage jusqu'au bout pour donner soif aux loups. Après ça elle oublierait tout.
La jeune femme sillonnait les espaces entre le comptoir et les tables, plateau à la main, et l'arme sous la jarretière, juste au cas où.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Leach
Hors la loi
Hors la loi
Eve Leach


Inventaire
Argent : 500 $
Réputation : Connu
Armes portées :

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeLun 25 Avr - 17:27

Un museau opalin pointait à l'entrée du Kadie's. Le monde se faisait plus dense et la silhouette blonde qui se décoiffa de sa pèlerine noir de jais sentait comme une odeur de bassecour. Elle avait elle même une longue journée de travail derrière elle et avait préféré s'en remettre aux strates inférieures de la société. Les mièvreries de nantis n'étaient pas vraiment sa tasse de thé et elle n'avait en aucun cas l'envie de devoir fricoter avec telle personne pour se créer un réseau bourgeois. Et puis, cette ville semblait déjà avoir son lot d'ennuis, comme toutes les villes, et elle n'avait encore jamais tenté de s'emparer d'un mouvement aussi massif et aussi incontrôlable que la terreur à grande échelle. En vérité, il s'agirait plutôt de la terreur à toutes les échelles.En dépit de ses problèmes sociaux, elle était assez capable d'observation pour comprendre comment il fallait tenir les gens. Certaines se la jouaient croqueuses d'hommes et les choppaient par les burnes, il y en avait dans toutes les villes et dans tout les lieux remplit de ces bonobos assoiffés de viande fraîche, il y avait ceux qui se la jouaient diplomates, ils profitaient le plus souvent des informations dont ils disposaient pour faire chanter les pions utiles, il y avaient ceux qui ne faisaient jamais aucun compromis, c'étaient souvent des durs à cuire qui pouvaient se le permettre mais un jour ou l'autre ils se faisaient violemment casser en deux par le torrent de merde qui déboulait sur leur tronche - de plus en plus fort - et il y avait ceux qui instauraient un régime de terreur. Ces derniers avaient souvent une courte espérance de vie ou de gloire mais pendant leur période d'activité ils étaient les plus dangereux. Eve n'avait pas l'intention de miser exclusivement dans ce sens mais c'était le meilleur moyen pour faire le plus mal possible. La terreur dans tout les milieux, dans tout les clans ; l'imposer c'était aussi savoir ne pas l'imposer et c'est comme ça que l'on pouvait jouer avec les nerfs des gens. Ainsi on pouvait rallier du monde avec soit, pas parce qu'ils avaient des aspirations similaires, pas par intérêts - dans ces deux cas l'un d'entre eux finiraient toujours par essayer de doubler la personne - mais plutôt par sureté. Cela entraînait souvent maintes conspirations et alliances pour éradiquer le vecteur de cette terreur mais ceux qui seraient de son côté ne pourraient s'empêcher de s'y sentir la main, comme certains se sentent l'outil de Dieu. Alors ils auraient un tel sentiment de puissance qu'à la vue de ce qui les attend s'ils sortent de cette petite bulle ou pire, s'ils essayent de se dresser contre elle, ils ne voudraient pour rien au monde faire d'écart de conduite.

Mais malgré toutes ces réflexions, Eve n'était pas sure de vouloir se constituer une armée personnelle. Après tout, il lui suffisait de s'arranger pour plier des gens à sa volonté sans forcément en faire des alliés, ce n'était pas compliqué. Toujours est-il qu'elle n'en était pas à cette étape de son plan et qu'elle recula dans ses réflexions pour mieux se situer : tout d'abord, créer une atmosphère de danger et de peur plus intense que d'accoutumé pour plonger la ville dans un monde qui n'est pas le sien. Il lui fallait créer ce monstre ; une criminalité inexplicable et incoercible à laquelle personne ne saurait comment faire fac. Oui, une ville monstrueuse méritait de monstrueux hôtes.

Elle s'assit devant le comptoir, là où, une nuit auparavant, une autre cinglé s'était amusé à grattouiller le zinc avec des petite étoiles d'acier. Elle n'avait pas plus que ça l'envie de se pinter à la viking ni de faire de la présence mais il fallait bien passer le temps et elle ne voulait pas le passer dans d'autres meurtres ou délits ; à force elle en oublierait peut être qu'il existait des lois et comment s'en protéger. Assise, son regard fixait un point quelconque de la scène ; un angle de l'estrade, un nœud dans le bois, qu'importe. Elle n'avait pas conscience des gens qui l'entouraient et son regard d'enfant candide semblait malsain, sa petite bouche inoffensive souriait légèrement et son visage, qui dégageait une virginale quiétude était délicatement boutonné de deux yeux d'un bleu différent dans lesquels pétillaient secrètement et tout juste perceptiblement de mystérieuses flammèches sataniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Barrett
Patron du Kadie's Club
Syd Barrett


Inventaire
Argent : 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeMar 26 Avr - 21:30

Pour une fois je ne fais pas l'ouverture ce soir, une nouvelle âme s'en charge à ma place. J'aurais volontiers ajouté le qualificatif « charitable » mais dès lors qu'on pénètre à Basin, tous sens communs de la charité s'écrase sur l'asphalte derrière le panneau signalant la ville. Pourtant elle a tout d'un ange, même le prénom biblique. En fait elle ne ressemble pas réellement à mes autres serveuses, sinon je ne lui aurait pas laissé gérer le bar seule en ce début de soirée. Quoique seule n'est pas le mot juste, puisque Francis veille au grain, comme toujours. Elle est venue au bar il y a une semaine de ça, m'arguant qu'elle savait baragouiner quatre ou cinq langues. Depuis le temps elle a du comprendre que peu de clients s'entichent d'une polyglotte, puisque du moment que son cul est moulé dans une jupe et qu'il se dandine devant ses yeux pour lui servir son wkisky bien frais, le contingent d'alcoolique est satisfait. A cet instant je squatt l'appartement de mon Irish préféré. On partage nos draps depuis bientôt deux mois et l'entente est cordiale. Une fois passé le pas de la porte je redeviens Syd et le masque du barman tombe au profit de celui de compagnon de beuverie. Je crèche sur un matelas laissé par-terre qui me rappel tous les matins que ma planque ne sera pas éternelle et mon dos non plus. Il va falloir trouvé quelque chose de plus intime à défaut d'une piaule plus décente.
Comme pas mal de soirs, un trench ceint mes épaules, desserré et ma main gauche enserre un verre de bourbon, la bouteille git à mes pieds, le bouchon de plastique repose depuis quelques minutes sur la table de verre et je n'ai toujours pas effleuré des lèvres le mélange malté. En fait je l'agite dans sa prison de cristal devant mes yeux comme on remuerait un filtre délétère pour y lire le futur. Je regarde le ballet du liquide contre les parois. Mes pensées vont vers mon ancienne carrière qui ressurgit depuis quelques temps. Des amis à moi semblent disparaître, puis refaire surface dispersés à quelques endroits bien éloignés et qui lorgnent vers mon passé. Un annulaire sur les lieux de mon premier contrat, un lobe d'oreille chez mes anciens propriétaires et le visage abimé par le plomb de mon ancien collègue posté à ma dernière adresse connue. Je ferais mieux de ne plus mêler trop de monde là-dedans, j'ai comme l'impression qu'on fait le ménage par le feu dans mon entourage et j'ai peur d'être le dernier à me consumer. Comme par hasard vient la voix de Neil Young à ce moment là « it's better to burn out, than to fade away ». Cette pensée me heurte et j'engloutis mon verre puis coupe la musique crachée par les enceintes minables de Francis. Allons incendier à petit feu les foies de mes fidèles clients. Le temps de descendre rapidement la barre d'immeuble et un taxi passe, puis ralentit lorsque je le hèle. Direction le Kadie's. Le bar. Mon bar.

Les néons flamboyants crèvent la nuit, attirent les poivrots comme des insectes sur une ampoule et les grille avec plus de perfidie. Et ils en redemandent, satanés damnés. Je joue le rôle de l'infernal dans cette affaire et distribue les cirrhoses à tours de bras. Je passe par l'entrée principal et adresse un signe de tête aux visages familier en traversant rapidement la mer d'assoifés qui me sépare du vestiaire. Je fourre mes affaires à la hâte dans mon casier et enfile mon plus bel apparat, outil pour maintenir les rigolos tranquilles compris. Il est solidement logé au creux de mes reins et son museau serpente dans mon dos lors de mes déplacements mais c'est une sensation qu'il faut savoir maitriser à Basin. Je sourie à Abigaël et lui demande d'approcher :


"Alors mademoiselle, ça fait quoi de jouer au Syd ? Les autres serveuses ne sont pas trop envieuses ?"

J'allume une clope et brandit mon paquet en sa direction, avec un sourire amusé : réflexe de politesse ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaël Arbib

Abigaël Arbib


Inventaire
Argent : 700 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Glock .19

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeMer 27 Avr - 12:49

* Des flot de poivrots avilis submergaient la salle comme une marée noire dégueulasse et polluante. Le fléau de l'alcool et la luxure ébranlaient le Kadie's cette nuit, et comme toutes les nuits, le vice l'avait encore remporté sur la vertu et la pureté. Abi, elle, tout en executant sa tâche, se demandait si sa présence dans ces lieux n'allait pas la transformer. Que dirait son père, cet homme pour qui elle a le plus grand respect ? Il l'a renierait sans aucun doute, lui qui jugeait que la pudeur devait faire partie des qualités d'une femme attachée à son intégrité. Le souvenir de son père l'envahissait sans permission tout en servant et en esquissant des sourires désirables aux clients. Bien qu'elle ne se prostituait pas, sa tenue lui donner l'allure d'une femme libidineuse. C'était en quelques sortes une allumeuse, mais une allumeuse le temps d'une soirée, puisque le jour c'était une toute autre personne.

A ce moment là, après quelques rondes de tables, et tout en déposant le dernier verre d'une commande sur la table d'un groupe de clients, Abi releva son regard et y entrevit Syd Barrett, le patron du Kadie's. Cet homme avait à peu près son âge, plutôt charmeur mais sans plus.
En fait, Abi n'avait pas vraiment de style d'homme, et elle les mettait tous dans le même panier de toute manière. Et puis elle se sentait toujours appartenir à son mari, mort il y a un an à peine.
Abi s'executa lorsque son patron le fit signe d'avancer et elle le fixa d'un air interrogateur, en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir lui demander ou bien faisait-elle mal son travail mais toujours avec un léger sourire aux levres qui faisait tout son charme.
Lorsqu'il lui parla, Abi ne comprit pas sa première question. Deja, que voulait dire "jouer au Syd" ? Syd n'était-il pas son prénom?

"- Que veux-tu dire ? " repondit-elle avec un léger accent.

Le tutoiement pouvait surprendre à ce moment là, mais pour notre jeune israelienne, c'etait quelques choses de tout naturel et innocent. En effet, bien que polyglotte, elle avait du mal avec le vouvoiement. L'habitude la justifiait puisqu'en hébreu le vouvoiement n'existait pas.
Mr. Barrett présenta son paquet en direction d'Abi.

"- Dois-je comprendre que c'est déjà ma pause ?" *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Wilde
Louve
Louve
Emily Wilde


Inventaire
Argent : 5 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Katana, wakizashi, shuriken

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Avr - 14:47

En sortant de l'armurerie, mes nouvelles armes arborées à la ceinture, m'est venue l'envie de poursuivre ma ballade à travers les ruelles du centre ville. J'ai renvoyée mon escorte pour qu'elle retourne protéger le quartier, mes lames me suffiront à assurer ma propre protection maintenant. Ma gorge devient de plus en plus sèche et l'envie d'un verre survient au moment où mes pas me mènent devant un bar dans lequel je ne suis encore jamais allée. Le Kadie's. Bien que je n'en ai encore jamais poussé la porte, je suis presque certaine que des têtes se retourneront sur mon passage, plus que pour ma gueule plutôt la faute du statut. La louve de la vieille ville qui s'aventure seule au centre, il y en a que ça pourrait choquer. Tant pis, je tente ma chance et prend le risque. Le bar est noir de monde, et plusieurs mains en profitent pour venir se caler soit disant accidentellement sur mes fesses tandis que je tente une progression stratégique jusqu'au comptoir. Je dois être fatiguée parce que je n'en tiens pas rigueur, je sévirai plus tard, un autre jour. Ce soir je veux simplement boire un coup, me rincer la gorge et voire ce que la nuit me réserve. J'arrive enfin face au comptoir où le patron semble en pleine conversation avec l'une de ses serveuses. C'est pas tout mais y en a qui ont soif.

- Chéri, sois un ange, sers moi donc une vodka.

Je pose mon cul sur l'une des dernières scènes libres du comptoir et admire rapidement mon reflet dans le miroir qui me fait face. J'ai pris soin ce matin de mettre mes atouts en valeur. Un corset de velours noir surmonté d'un harnais de cuir enserre ma taille et galbe les rondeurs de ma poitrine, un short noir particulièrement échancré moule mes hanches, et mes bas sombres courent du haut de mes jambes aux talons hauts noirs qui referment mes pieds. Pour le pèlerin lambda, ça pourrait ne pas sembler la meilleure configuration pour le combat mais moi, ça me va parfaitement, c'est comme ça que j'ai appris à me défendre. Et les sabres à ma ceinture sauront refroidir les ardeurs des plus lourds j'en suis certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Barrett
Patron du Kadie's Club
Syd Barrett


Inventaire
Argent : 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Avr - 19:50

Je fixe ses yeux noisettes. Cet accent charmant me fait sourire et rend d'autant plus touchant sa méprise. Elle a dû mal saisir ce que je voulais exprimer, le privilège auquel elle a eu accès ce soir, ouvrir le bal avant le maitre de cérémonie. Abigaëlle est réellement ravissante, je ne m'étonne pas du comportement de mes clients qui doivent trouver cette nouvelle serveuse exotique, sous la coupe d'un racisme primaire. Mais je ne suis pas venu à Sin City pour tomver sous le charme des femmes, mais bien pour payer ma retraite. Aussi, à l'aide de mon zippo, j'allume le bout de ma cigarette, expire la fumée et secoue la tête, avec ce sourire imperceptible que j'ai constamment.

- C'était une façon de dire que ce soir tu étais à ma place. D'habitude il n'y a que Francis et moi à l'ouverture. Ce soir j'ai choisi que tu sois celle qui ouvre le bar, à ma manière, comme si tu étais la patronne du Kadie's.

Je tire sur ma tige et inspire la nicotine une nouvelle fois, en tournant la tête pour que la petite ne se prenne pas toute la fumée dans la figure. Cette seconde de flexion cervical me suffit pour voir une silhouette fendre la foule, provoquant dès son entrée un incendie oculaire chez tous les clients du rade. Emily Wilde fait son entrée et traverse la meute saturée de testostérone pour venir assoir son postérieur sur un tabouret. Elle semble lasse, comme le serait une femme affrontant les célébrations enthousiastes de ses formes généreuses, caractérisées par quelques mains mal placées qui dérapent. Je tolère peu ce genre de chose même s'il faut avouer que Wilde est sûrement la plus belle créature de Basin. Elle sait néanmoins très bien se défendre toute seule. Puis mon attention revient vers Abi.

- Non, tu peux fumer pendant le service, tout le monde fait ça ici. Tu peux même vendre des paquets de clopes aux clients, ils sont à côté du placard où je range les Bourbons. Maintenant files et garde un œil sur les agités du bocal. 

Mon ton se veut à peine autoritaire, juste ce qu'il faut pour comprendre qu'un établissement ne fonctionne pas tout seul. Je repasse derrière le bar et acquiesce à la demande de la Louve. Malgré moi, mes yeux s'attardent un instant sur les formes ses formes, mais mon regard est bien loin d'être le témoin d'une excitation animale, non, ça serait plutôt celui qu'on peut prêter aux hommes qui ont du goût en matière de femme..et du respect pour celle qui gouvernent leur empire d'une main de fer.
J'agrippe un verre et y verse de la vodka pure, une des meilleures que j'ai, à réserver pour les clients prestigieux. Je fais glisser le verre en sa direction et glisse un "à la tienne".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaël Arbib

Abigaël Arbib


Inventaire
Argent : 700 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Glock .19

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Avr - 21:48

* L'attitude de Syd fit gentiement sourire notre jeune serveuse. En une semaine, elle avait montré à son patron qu'elle se differenciait des autres serveuses en prenant des initiatives. Pour elle, le boulot était comme un champ de bataille, elle y mettait autant de hagne et d'envie de se surpasser pour se faire bien voir. Abigael avait été éduqué comme ça, ses parents l'avait habitué à travailler dur dans un kibbutz dès son plus jeune âge, comme eux même l'ont fait, et leurs parents avant eux. Il fallait pour fleurir cette terre aride d'Eretz Yisrael beaucoup de courage et d'acharnement au travail, mais ça en vallait le coup.
Du coup, elle gagnait une certaine satisfaction. De plus, se rapprocher de son patron pouvait lui en tirer avantages, augmenter son salaire, avoir un poste plus conséquent, et ça, Abigaelle l'avait bien compris. Elle saurait se montrer coriace quand le moment serait venu, car on lui avait promis, qu'ici à Basin City, tous les coups bas étaient permis, la séduction en faisait partie, et elle ne s'en priverait pas. C'etait ça, non, le rêve américain?

Abi s'écarta de Syd et de la nouvelle arrivante, qu'elle n'avait jamais vu afin de reprendre son service qui était loin d'être terminé.
Soudain, le bar commençait à s'enflammer. La baguarre éclatée entre Murdoc et Cassandra Lane n'était pas passée inaperçu au sein Kadie's, et la tension commençait à monter à son paroxysme. Première baguarre depuis sa prise d'activité ici. Les agités du bocal, les voici. Au regard de son patron, notre ancienne femme de Tsahal dégainait tout en douceur et en toute discrétion son arme de poing qui se trouvait sous sa jartierre, qui relevait par conséquent légerement sa jupe. Elle se sentait prêt à intervenir apres le concentement de Syd. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Wilde
Louve
Louve
Emily Wilde


Inventaire
Argent : 5 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Katana, wakizashi, shuriken

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mai - 15:38

Le patron me glisse ma vodka en même temps qu'un "à la tienne" que la serveuse prend pour elle et je souris de sa réponse. Je n'ai pas le temps de boire une goutte de mon breuvage transparent que du mouvement se crée derrière moi. Je ne me retourne pas, le miroir au dessus du comptoir me dévoile la scène. Deux personnes que je ne connais ni de près ni de loin se battent, sans doute plus ivres l'un que l'autre, avant que le patron, le portier et la serveuse à l'accent étranger n'interrompent les hostilités. Le calme des fonds de bar de la vieille ville me manquent presque mais je me souviens alors ce que j'étais venu chercher ce soir : un peu d'agitation, et je suis servie.

Le patron regagne son bar et sert une cliente près de moi qui ne dois pas être majeure puis il demande de sa serveuse de reprendre le service avant de monter le son de la musique. Comme si on ne s'entendait déjà pas trop peu. Je trouve enfin le temps de glisser ma vodka entre mes lèvres et la vide lentement, jusqu'à ce que la glace vienne cogner contre mes dents. Alors je me tourne vers le patron et j'entend derrière moi un nom prononcé en le désignant. Ainsi il s'appelle Syd. C'est un nom comme un autre et ça me suffira pour ce soir.


- Syd ? Je pourrais en avoir une autre ?

Je sors une cigarette de mon paquet et attrape un paquet d'allumettes dans l'urne sur le comptoir pour allumer ma clope. Les premières bouffées de fumée envahissent mes poumons et me réveillent un peu. J'en retourne au dit Syd.

- C'est toujours aussi agité dans ton bar ou ce soir c'est une spéciale WWE ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Barrett
Patron du Kadie's Club
Syd Barrett


Inventaire
Argent : 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mai - 16:19

- Ouais, tout de suite.

Ma main se referme sur la porte du congélateur minuscule dissimulé derrière le zinc et j'extirpe une bouteille de son ventre gelé. Une vodka chaude est à peu près aussi bonne que du whisky dilué dans du soda. Je fais tomber quelques glaçons dans le verre de Wilde et met les noie sous la vodka. Une nouvelle fois le zinc sert de piste de lancement au verre que j'envoie dans la cliente. Et quelle cliente. C'est autre chose que le petit chaperon noir au sourire angélique à peine majeure.
Wilde allume une clope. Exactement le genre de geste qui me donne envie d'en allumer une aussi. Je saisi une tige de mon paquet et la cale entre mes lèvres puis la flamme de mon briquet vient embraser son bout. Une bouffée plus tard, je réponds à la question de la Louve.


- En général c'est plutôt calme en fait. Quelques poivrots qui se chamaillent, une chose que Francis je le désigne d'un signe de tête, arrive à aisément contenir. Mais vous ne semblez pas avoir remarqué qui étaient les stars du ring ce soir.

Mon visage se fend d'un rictus discret et je reprends une bouffée de nicotine sur ma tige, puis l'avale et dans un souffle de fumée je lâche :

-Cassandra Lane et Murdoc. Deux beaux timbrés, bien que ma sympathie aille plus à la première qu'au second. Deux monstres représentatifs de Basin. Leur querelle aurait pu exploser en une baston autrement plus dérangeante qu'une bataille de soulards. D'ailleurs vous devriez vous renseigner sur Murdoc mademoiselle Wilde. On dit qu'il appartient à la mafia et ne pas connaître Murdoc revient à ne pas connaître qui est un des pilliers de l'organisation qui se reconstruit un peu plus chaque jour, souhaitant plus que tout, votre territoire.

J'attrape un verre et y verse du bourbon. Pour moi cette fois. Je l'avale cul-sec et balance à la cantonnade.

- Enfin moi j'dis ça..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Wilde
Louve
Louve
Emily Wilde


Inventaire
Argent : 5 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Katana, wakizashi, shuriken

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mai - 17:04

Cassandra Lane, le nom m'est légèrement familier. J'ai déjà du l'entendre quelque part au détour d'une rue de la Vieille Ville dont je devrais sortir un peu plus souvent, au moins pour me tenir un peu plus au courant de l'actualité du reste de la ville. Pour ce qui est du dénommé Murdoc, un mafieux sûrement sur le retour mais quand même un mafieux donc un danger, un ennemi. C'est sûr que je devrais m'intéresser un peu plus aux effectifs de la mafia dont je ne connais que le parrain Desmond, les rapports de mon armée de Walkyries ne me suffiront pas si guerre il y a, et guerre il y aura dès que la mafia aura fini de se reconstruire nous serons leur première cible. Mais le temps n'est pas encore à la guerre mais à la boisson alors je me retourne en direction de Syd.

- Merci du tuyau.

Je me dis que quitte à en connaître un peu plus sur le reste de la ville autant ne pas attendre plus tard que tout de suite. Je fume sur ma cigarette et pose mes yeux dans ceux de Syd.

- Tu es en ville depuis longtemps n'est-ce pas ? Tu dois bien connaître les noms importants. Alors est-ce que tu saurais me tenir un peu au jus ? Quelles sont les personnalités importantes de la ville ? Qu'est-ce qu'on raconte qui se préparerait ?

En attendant sa réponse je retourne à ma vodka que je bois peu à peu, bien décidée cette fois à en profiter jusqu'à la dernière goutte et la savourer du mieux possible. Kadie's, cigarettes, vodka, Sin City a tellement à offrir, je me demande comment j'ai pu faire pour rester aussi longtemps enfermée dans la vieille ville sans prendre la peine de n'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Barrett
Patron du Kadie's Club
Syd Barrett


Inventaire
Argent : 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mai - 18:38

Ces yeux qui se fondent dans les miens pourraient presque me faire chavirer si je ne m'étais promis de ne pas m'attacher aux personnes du coin, laissant de ce pacte avec moi-même, l'amitié que j'exempte tant elle est importante mais rare à mes yeux. Wilde sait user de ses charmes pour avoir ce qu'elle désire et même si ce regard ferait bander n'importe quel macchabée, le fait que je la renseigne sur les seigneurs de la ville est plutôt lié au fait que je n'ai rien à perdre de ma neutralité là-dedans. A mon tour je fais mon regard plus intense mon rictus charmeur revient malgré moi comme pour signifier à la Louve que je marche dans son jeu sans qu'elle me force à jeter les dés. Sans me séparer de son regard, ignorant les cris assoiffés des autres clients je lui dresse la liste des têtes de la Basin.

- Je suis en ville depuis quelques années maintenant, oui et j'ai très vite appris comment elle fonctionnait et pourquoi je ne la quitterai jamais. Les noms importants de la ville se comptent sur les doigts d'une main en réalité. Il y a d'abord Vesper Lynd, commissaire à la poigne de fer, puis vient Cassandra Lane, la femme qui nous quitte tout juste. Une légende vivante quelque peu en berne. Ensuite arrive Desmond Cunningham un bon ami à toi et James Dillinger. Mais on sait peu de choses sur lui en réalité. Pour couronner le tout, une certaine Emily Wilde règne d'une main de maitre sur sa meute de filles. Mais elle sort peu de son territoire ces temps-ci et est obligée de questionner le barman de la ville pour connaître les pointures de sa ville.

Un rire s'échappe malgré moi d'entre mes lèvres et je détourne les yeux, puis m'accoude sur le bar, goguenard. On ne peut pas dire que Wilde ait brillé par sa présence en ce moment, mais on attribuerait volontiers les mêmes critiques à Cunningham qui brille par son absence. Cela présage justement des évènements nouveaux, mais j'ai bien peur d'être à court de nouvelles pour la femme qui me fait face. Je lui indique cela par un haussement d'épaule à sa seconde question.

- Non, je n'ai foutrement aucune idée de ce qui se trame ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Cicero
Journaliste
Charlie Cicero


Inventaire
Argent : 550 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Wakizashi

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mai - 22:09

Je viens de débarquer à Basin City. Cette ville... N'est qu'obscurité. Je sais pas vraiment dans quoi je me suis embarquée, mais, je relève le défi. Après tout, je dois faire mon boulot, non ? J'ai trouvé un appartement dans le centre ville, on peut pas dire que ce soit un vrai palace, mais, pour le temps que j'ai à faire ici, je crois que ce sera amplement suffisant. Je sais que, le premier endroit à voir, d'après ce que l'on m'a dit, était le kadie's, un bar? Un bar ou tout le monde se retrouvait, qu'importe la classe. Alors ce soir, pour mon premier soir dans cette ville, je me suis rendue au kadie's.

Lorsque je suis arrivée, en taxi, devant la bâtisse, le palpitant s'est quelque peu emballé. Un gorille se trouvait devant la porte, pas vraiment enclin à laissé passer qui que ce soit, du moins, à laissé passer n'importe qui, et, j'ai du me présenter, montrer une pièce d'identité, et puis je l'ai entendu me souhaiter bon courage. Ce qui m'a légèrement interloqué. Pourquoi devrait on souhaiter bon courage lorsque l'on pénètre dans un bar ? Bref, je passais les portes, submergée à la fois par la musique, assez typique de ce genre de ville, par la fumée qui l'envahissait, mais aussi par le genre d'individu qui gouvernait l'endroit. Rien qu'à voir ça, je me demandais ce que je faisais ici. Mais j'aimais relever n'importe quel défi.

Je m'avance alors, entre les tables, direction le comptoir, l'air perdu mais à la fois subjugué par ce que m'offre la vision d'ce nouveau monde. Vêtue d'une robe noir assez courte, l'encolure tombant sur l'épaule, l'on pourra remarquer que je ne porte pas de sous-vêtements à ce niveau, cuissardes aux pieds, je prends place à côté d'une femme blonde, vêtue presqu'aussi légèrement que moi, j'essaie d'me fondre dans la masse. J'essaie aussi de capter l'regard du barman, tout en posant un calepin sur le comptoir.



'Un martini, s'il vous plait.' Mon air candide doit trahir d'mon ignorance de l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Leach
Hors la loi
Hors la loi
Eve Leach


Inventaire
Argent : 500 $
Réputation : Connu
Armes portées :

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeLun 2 Mai - 0:29

D'après ce que dit le barman, la créature au sabre semble être la louve de la vielle ville. Elle ne l'avais jamais vu bien qu'elle y été déjà allé quelques fois (les rares fois pendant lesquelles elle n'avait pas tué personnes avec qui elle avait eut des rapport). Mais apparemment, elle s'adresse à la mauvaise personne : le Kadie's est un endroit neutre, même elle qui n'est à Basin que depuis un an sait que ce n'est pas auprès de ce type qu'elle pourra se goinfrer de rumeurs de la ville ; et puis il n'avait pas vraiment une tête de concierge, pas pour un barman en tout cas. Et puis se genre de choses ne lui seraient pas utiles. Elle ne savait pas dans quelle mesure elle impliquerait les prostitués dans ses plans, pas du tout sans doute. Toujours est-il qu'elle avait du pain sur la planche. Il commençait à se faire tard, le temps devenait donc à point, la viande attendait. Il fallait déjà tuer l'ours avant de le laissait faisander mais si elle avait tout prévue à l'avance, c'était bien à l'effet de sa mission de se soir. Enfin bref, fini la branlette intellectuelle : place à l'action.

Elle vida sa choppe, ou plutôt se qu'il en restait et la posa sur le comptoir. Elle se leva et remit sa petite capuche avant de lancer un petit Bonne soirée mielleux et de s'en aller comme elle été venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Barrett
Patron du Kadie's Club
Syd Barrett


Inventaire
Argent : 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeLun 2 Mai - 21:48

Une nouvelle silhouette pousse les portes de mon établissement. C'est remarquable comme la foule peut dissimuler une personne aussi aisément. Mais c'est encore plus fascinant lorsque la lie de la société révèle une personne tant elle ne semble pas être tombé dans le bon tableau. Une femme entre et ses regards, sa gestuelle trahissent d'or et déjà qu'elle échoue dans ce bar comme nombre de futurs citoyens. Une expression d'écœurement se lirait presque sur son visage angélique. Le Kadie's concentre la rage humaine, l'alcool qui la libère et la musique qui lui apprend à marcher. Une liqueur, un échantillon de Basin que tout le monde goûte un jour ou l'autre.

La jeune femme est belle et son décolleté est gargantuesque. Old Town ? Pas avec ce calepin qu'elle vient de poser sur le comptoir. A moins que les putes fassent des statistiques, ce qui m'étonnerait fort. Pour compter quoi en plus ? Les allers-retours ? Ahaha, je me marre intérieurement, puis relève les yeux vers elle. Elle commande un martini. Tout de suite. Je verse le liquide et pique l'olive que je lâche dans le verre à larges bords, tandis que je salue le chaperon noir qui se tire.
Je la fixe pendant qu'elle regarde le verre. Cette femme n'a pas grand chose à envier à Wilde. Elle manque d'assurance, chose qu'elle apprendra vite si elle s'accommode de l'ambiance du coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Cicero
Journaliste
Charlie Cicero


Inventaire
Argent : 550 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Wakizashi

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeLun 2 Mai - 22:41

J'espère que ce n'est pas moi qui fait fuir ma voisine de droite, mais soit, ça me laisse un peu plus d'espace. Cette dernière place vide me laisse entrevoir ma nouvelle voisine, court vêtue, sexy, aguicheuse, je crois voir le topo. Le barman ne met pas vraiment longtemps à me servir mon martini, quand je vois ce que mes voisins boivent, je me demande si je ne me suis pas plantée d'endroit. Ba, c'est un bar après tout... Les gens y sirotent ce qu'ils veulent. J'sens bien que l'histoire du calepin l'intrigue, hmm, pour sur, doit pas y'en avoir beaucoup qui savent écrire, ou lire. Enfin bref, pour une première soirée en ville, mieux vaut peut-être que je ne me fasse pas remarquer. J'devrais juste me contenter d'observer, d'essayer de saisir l'endroit et les gens. J'attrape l'olive qui flotte dans mon verre à l'aide d'un cure dent et l'apporte à mes lèvres de manière assez sensuelle je dois dire, jouant légèrement avec. Autant que faire se peut, j'essaie de ne pas paraître aussi nouvelle que je ne le suis vraiment. Mon regard quitte celui du barman, je pivote sur mon siège pour faire face à la salle et observer le spectacle qui s'offre à moi. J'aurais peut-être de quoi commencer un article.

Les coudes en arrière posés sur le comptoir j'observe la salle. Une table renversée, des traces de sang sur le plancher, aurais-je loupé quelque chose d'intéressant ? Je reste dubitative et croque finalement dans l'olive, envoyer valser je ne sais où le cure dent et repivotant sur mon tabouret pour attraper le martini que je m'envoie d'une seule traite. Et puis j'viens plonger mes yeux gris-bleu dans ceux du barman, finalement, j'ai peut-être des questions, au risque de passer pour une fouille merde, j'vais pas cacher que j'arrive tout juste en ville et si je pose jamais de questions, même anodines, je serais jamais au jus de ce qui se passe. J'ai fais mes recherches avant de débarquer ici, mais tout de même... Toujours se méfier de ce qu'on trouve.


'Dites-moi, je peux vous poser une question ? En fait, j'ai deux questions. Peut-être que la première on vous l'a déjà posé, mais, les tables renversées, le sang par terre, y a eu un meurtre ici ce soir ? Sinon vous avez une cigarette ? J'ai oublié mon paquet, chez moi...'

J'esquisse un sourire enfantin, l'air de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syd Barrett
Patron du Kadie's Club
Syd Barrett


Inventaire
Argent : 400 $
Réputation : Renommé
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeJeu 5 Mai - 16:57

La voilà qui s'accoude à mon bar, dos à moi, scrute l'endroit de la bagarre en avalant l'olive de son cocktail. Peu de gens ici font ça, car la plupart sait que ce qui se passe au Kadie's reste au Kadie's. Ou du moins pour la plupart des affaires. Celle de Lane et Murdoc est une des exceptions qui confirment la règle. Un poivrot m'appelle, avec des signes frénétiques du pouce. Je communique peu en langage des signes, mais ce qu'il me singe ressemble terriblement à l'homme qui craque une allumette. Ma main trouve un paquet et lui balance, mais le pauvre bougre est incapable de coordonner ses gestes et chute lourdement de son tabouret lorsqu'il s'agit de rattraper le projectile. Un rire bref, puis la cliente se retourne, plonge ses yeux dans les miens. Ce soir j'en aurais eu des oeillades.

Je tends l'oreille vers la cliente. Des questions ? On m'en pose rarement sinon pour me demander le prix d'une consommation, chose étrange dans le coin lorsque l'on sait que le citoyen lambda pourrait lessiver sa paye en une seule nuit dans mon bar sans se soucier de ce qu'il commande. Et les payes sont peut être minables, mais malgré tout je me fais du benef' sur les cadeaux de Noël des enfants qui, dans toutes les autres villes d'Amérique, profitent de cet argent durement gagné. Ainsi va la vie.


- Non pas un meurtre, juste une bagarre. C'est assez fréquent dans le coin..

J'hésite à rajouter « vous savez » mais d'évidence non elle ne sait pas. N'importe quelle personne saurait que le Kadie's est un lieu de vice. Sauf lorsqu'on sort tout juste d'un taxi et qu'on débarque de Boston, Los Angeles ou de la Big Apple. Non, cette fille n'est pas du coin. A sa seconde question je sourie en extrayant une cigarette de mon paquet.

- Vous pouvez acheter un paquet aussi. Autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Cicero
Journaliste
Charlie Cicero


Inventaire
Argent : 550 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Wakizashi

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeMar 10 Mai - 20:59

J'entends un type tomber de son siège, le tenancier se marre, quoi de plus logique ? Cette ville n'est en rien comparable à d'autres. J'ai lu des tas de choses sur Basin City, mais, même si je dois avouer qu'il m'a été difficile de trouver quoique ce soit sur le sujet. En dehors de ce territoire, Basin est quasiment considérée comme une ville fantôme, on sait qu'elle existe, mais on ne sait pas vraiment ce qui s'y passe, si les gens qui y habitent ne sont pas des fantômes...
Syd me donne une première réponse, juste une bagarre. Et bien, elles ont l'air violentes es bagarres ici...et fréquentes qui plus est. Je ne suis visiblement pas au bout de mes peines. Mais tout, ça me donne envie de découvrir les gens d'ici, de découvrir ce qui les retiens, ce qui les poussent à venir ici... Bref, j'ai tout un tas d'interrogations et tellement de projets en tête ! Je souris au tenancier, un sourire qui veut dire, merci de m'avoir répondu, ou encore j'ai hâte de voir ce que me réserve l'avenir. J'porte à mes lèvres mon verre de martini et y boit une légère gorgée avant de le reposer et d'attraper la cigarette que me tend si aimablement Syd.


'Merci.'

Je l'allume en attrapant un paquet d'allumettes qui trainait sur le comptoir et en tirant une bouffée de nicotine salvatrice.

'Dites moi, les journalistes sont mal vus ici ? ' si tenté qu'il y en ait, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Michaelis
Tapineuse
Tapineuse
Selene Michaelis


Inventaire
Argent : 550 $
Réputation : Inconnu
Armes portées : Colt Anaconda

Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitimeMer 11 Mai - 23:55

Après avoir posé ses affaires, Selene se mit en tête d'aller se "désaltérer" à sa façon au bar le plus proche. Contre toute attente, celui-ci semblait assez animé. Une fois entrée, elle se planta à l'entrée de la porte quelques minutes afin d'observer un peu les alentours, avant d'aller s'asseoir au comptoir. A sa droite, un homme étrange dans un état qui semblait l'être encore plus, à sa gauche un homme et une femme. Elle sourit au barman, qui lui rendit à son tour.

- Vodka ...

Ceci servi, Selene se mit à contempler tous les alcools derrière le barman en réfléchissant. Nouvelle venue ici, il lui serait primordial de commencer à faire connaissance avec les habitués du coin. Mais pas avant d'avoir parfaitement analysé les alentours. Toujours concentrée sur ses cocktails, elle écoutait le duo d'à côté. Une journaliste et le patron. Intéressant. Après avoir bu une gorgée elle lança, sans crainte de déranger.

- Bonsoir. J'suis nouvelle ici, vous pourrez me ... - elle hésita un moment avant de finir sa phrase - ... parler un peu de cette ville ?

Ceci dit, elle observa le patron avec un sourire de coin. Un homme plutôt grand, moustachu et musclé, qui avait sur lui quelques cicatrices. Visiblement, tout ne devrait pas être facile ici. Et cela excitait davantage la jeune femme ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sincity.bbactif.com/t135-selene-michaelis
Contenu sponsorisé




Comptoir - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Comptoir   Comptoir - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Comptoir
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Comptoir d'Argent de Lune d'Argent
» Derrière le comptoir .. Kevin et Jana
» 10000 Brèves de comptoir
» Le comptoir de Ginette
» Lessien, Druide et aubergiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Middtown - Centre Ville :: Kadie's Club-
Sauter vers: